Luc Atrokpo attaque Tribune d’Afrique:Le procès s’ouvre ce mercredi au palais de justice de Cotonou, le journal réagit pour la première fois

Le maire de la ville de Bohicon a porté plainte contre Tribune d’Afrique pour injures, diffamation, atteinte à l’honneur  et réclame plusieurs dizaines de millions de dommages et intérêts. C’est suite à trois articles, tous incriminés par Luc Atrokpo. Le procès s’ouvre ce 11 mai par une déposition du Directeur de Publication du journal alors que le secrétaire exécutif national de la Renaissance du Bénin (RB) se fait représenter par son avocat, Me Béhanzin.

La rédaction de Tribune d’Afrique a attendu plusieurs  semaines avant d’annoncer la nouvelle. Dans un post sur sa page facebook, le Directeur de la Publication et de la Rédaction, MAX-SAVI Carmel a annoncé la plainte qui « gît depuis deux mois » et a remercié les lecteurs de leurs soutiens. Cette plainte ne vise pas que le journal mais aussi le Directeur de Publication et de la Rédaction qui en est en même temps l’auteur. Il s’agit d’une série d’articles consacrés à la gestion de la ville de Bohicon par Luc Atrokpo, à la tête de la ville depuis près de 15 années.

« Un travail de fond » selon Tribune d’Afrique

La Direction du journal a, dans un communiqué rendu officiel lundi, insisté sur la qualité du travail ayant abouti à cette série d’articles et fait remarquer  qu’ »un travail de fourmi » a été réalisé par un journaliste d’investigation. Elle a insisté sur le fait que ses allégations à l’endroit du maire sont toutes « fondées » et s’est dite « confiante » pour le procès. Le journal défend le fait qu’il soit l’un des rares journaux consacrés à l’investigation au Bénin et en Afrique de l’Ouest et multiplie des contacts pour disposer du soutien nécessaire au procès. « Nous avons contacté Reporters Sans Frontières (RSF) et Avocats Sans Frontières (ASF) avec lesquels nous avions travaillé par le passé » peut-on lire dans le communiqué du journal. « J’ai toujours, depuis une dizaine d’années, travaillé avec Reporters Sans Frontières et Avocats Sans Frontières » a insisté MAX-SAVI Carmel qui annonce vouloir se rendre à leurs sièges en France dans la foulée du procès.

« Nous faisons confiance à la justice » pour que droit soit dit

Maire de la ville de Bohicon qui compte, avec ses environnants 210.000 habitants, Luc Atrokpo qui tient une partie de la presse « en amitié » n’aurai jamais eu de plainte contre un journal. Ce serait déjà un premier avec Tribune d’Afrique. Basé précédemment à Lomé et délocalisé à Cotonou, Tribune d’Afrique est un journal d’investigation consacré à l’actualité ouest-africaine. Il publie depuis une décennie sous diverses formes (en ligne, en pdf et en version papier) et vise un électorat élitiste et intellectuel. Le journal court, dans le présent procès une amende de cent millions et une suspension allant de quelques semaines à plusieurs années, voir définitive. Mais le Directeur général du journal, Lionel Ebo reste, selon le communiqué, « très confiant » et surtout, fait entièrement confiance à la justice béninoise. Le procès pourrait durer plusieurs mois.

Tribune d’Afrique édite le site en ligne afrikaexpress.info et le web radio afrikainter.com de même que la version papier de Tribune d’Afrique et la version Pdf de Tribune d’Afrique Economie pour les entreprises et les opérateurs économiques.

www.afrikaexpress.info

Article paru dans Tribune d’Afrique n° 112 du 10 mai 2016


Commentaire

commentaire

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

}