ACP-UE: Robert Gbian appelle la communauté internationale à soutenir les réformes de Talon à Windhoek .

Actuel 2e vice-président du parlement béninois, il entend "être utile où qu'il soit, à Talon"

Actuel 2e vice-président du parlement béninois, il entend « être utile où qu’il soit, à Talon »

 Ouverte le 8 juin pour durer une semaine à Windhoek, la 43e session ACP et la 31e ACP-UE ont connu la participation active du Bénin. Une délégation de 5 parlementaires menée par Robert Gbian. Occasion pour le 2e vice-président du parlement de défendre les acquis démocratiques de son pays et surtout, d’appeler à « soutenir les réformes démocratiques entamées par le président Patrice TALON

Pour mieux comprendre, il faut noter deux éléments fondamentaux. Il y a la session parlementaire des ACP, Afrique Caraïbes, Pacifique, regroupant de fait, près de quatre-vingt pays en voie de développement. Ces sessions, qui se tiennent en moyenne deux fois par an, se déroulent de façon alternée entre une capitale africaine et Bruxelles. A côté, la session paritaire ACP-UE qui regroupe ces députés ACp mais avec leurs collègues européens. Sauf qu’en Namibie en ce moment, ce sont les deux sessions qui se tiennent, presque simultanément, en tout cas en complémentarité. La délégation béninoise comme toutes les autres délégations participent ainsi, à deux regroupements parlementaires différents. Donc deux communications, toute aussi importante l’une que l’autre. C’est l’occasion pour le candidat malheureux à la présidentielle dernière de prendre, non seulement la défense de son président, Talon mais aussi et surtout, de vanter, lors d’une pompeuse intervention, la particularité démocratique de son pays. « LE Bénin connaît depuis de nombreuses années des élections régulières, constantes, transparentes et surtout démocratiques » selon Robert Gbian qui appellera l’Assemblée à soutenir son pays dans les réformes.

Le bénin salué

Il aura deux communications dont une devant la session ACP. C’est la plus auguste et sans doute la plus ovationnée, même si elle se tient devant des élus dont certains viennent de pays peu démocratiques. Pour Robert Gbian, « l’Afrique est en apprentissage de la démocratie, il vaut mieux la soutenir que de critiquer les pays qui peinent à y arriver ». Pertinente remarque qu’il fait, sans occulter sa fierté d’appartenir à un pays exemple. Il insistera sur le fait que sur la question de la la limitation des mandats qui a été évoquée en commission, son pays « est un exemple et un modèle ». Il fera l’historique des épreuves de la limitation, l’illustrant avec la fin du mandat de Yayi Boni, qui n’a pas ménagé ses efforts pour se représenter une troisième fois. Il attribuera l’échec de cette initiative à « la maturité d’un peuple qui a accumulé de l’expérience et qui reste fondamentalement attaché à la démocratie » saluant « un parlement qui a été ferme et juste » en s’opposant à toute forme de révision constitutionnelle. Mais ce qui sera le plus applaudi et suscitera des commentaires élogieux dans l’assemblée, c’est plutôt le déroulement sans failles de la dernière présidentielle. « Non seulement l’opposition a remporté une victoire sans appel, mais le candidat de la majorité présidentielle a rapidement appelé le victorieux pour le féliciter, avant même les résultats » a-t-il précisé, rendant ainsi hommage à Lionel Zinsou pour qui, il n’a pas pu cacher « son admiration et son respect ». Pour le vice-président de l’Assemblée nationale habitué à ces sessions, puisqu’il y représente de fait le Bénin, cette session a été spéciale parce qu’elle fait suite à une élection présidentielle qui marque un nouveau tournant dans son pays. Plusieurs de ses pairs ont exprimé leur admiration pour le Bénin et ont estimé qu’il peut être pris en exemple. L’assemblée félicitera Patrice Talon pour son élection. Le vice-président de la Namibie fera un tour, pour saluer ses nombreux représentants de plusieurs pays du monde et leur apporter le message du gouvernement.

Le mandat unique applaudi

Mais un sujet qui retiendra, à l’initiative de la délégation béninoise, l’attention de l’assemblée, c’est aussi les grandes réformes proposées par Patrice Talon. Cette rencontre a été l’occasion pour Gbian de les étaler et surtout, d’appeler la communauté internationale à les soutenir. Louis Michel qui fut longtemps Commissaire européen en charge de l’humanitaire et du développement et donc d’une manière ou d’une autre en charge de l’Afrique et aujourd’hui député n’a pas pu cacher son admiration pour le Bénin. « Ce sont des exemples à soutenir, quoiqu’il arrive pour que les pays modèles ne connaissent pas de régression » a-t-il confié à notre rédaction.

Mais au-delà des réformes, le mandat unique sera, dans les années à venir, une singularité béninoise. Une idée unique qu’aucun autre président n’a eu avant lui, Patrice Talon, nouveau président du Bénin qui veut un mandat unique de sept ans. Ce qui a de quoi faire sourire les autres dirigeants dont la plupart sont au pouvoir depuis Mathusalem. Et cette idée fera mouche lors des sessions ACP et la paritaire ACP-UE  où le chef de délégation s’est vite érigé en défenseur des grandes réformes entamées par le président de la République. « Je trouve qu’elles sont judicieuses » lance-t-il au téléphone avec notre rédaction avant de continuer, « je trouve surtout que cela correspond à ma manière de voir les choses » ajoute Robert Gbian pour qui, « il n’y a aucune raison de s’opposer à l’idéal ». Le vice-président de l’assemblée nationale a donc profité pour appeler ses amis du Bénin, la communauté internationale et ses pairs à soutenir sans faille le président Talon. « Ses réformes sont visionnaires et permettent au Bénin de prendre de l’avance en matière de démocratie » a-t-il expliqué à Afrikaexpress. « Déjà, la limitation des mandats est un exploit, mais le mandat unique selon une exception qui fera notre fierté et renforcera nos acquis démocratiques par l’évidence de l’alternance tous les sept ans » a-t-il conclu, invitant de fait les Béninois à soutenir massivement et sans relâche leur président Talon. Soutiens dont le président béninois a plus que jamais besoin.

En rappel, la session ACP (non paritaire) aura lieu en octobre à Bruxelles avant la 44e session ACP et 32e session paritaire ACP-UE qui se tiendront à la fin de l’année. Des opportunités pour vanter l’exemple béninois en face du monde. Un exercice qui passionne l’ancien officier supérieur des forces armées, si attaché à cette fierté de servir son pays.

 

 Afrikaexpress.info


Commentaire

commentaire

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

}